Vous êtes ici
Religions et pouvoir dans le monde romain 218 av. J.-C.-250 ap. JC - Capes-Agreg Histoire-Géographie
Collection : 

Religions et pouvoir dans le monde romain 218 av. JC.-250 ap. JC - Capes-Agrég Histoire-Géographie

Date de parution : 
03/03/2021

Onglets Livre

Présentation
Cet ouvrage prépare à la nouvelle question d'histoire au programme du CAPES d’histoire-géographie et également de l’agrégation d'histoire et de géographie.
À Rome, comme pour les autres cités du monde méditerranéen antique, les dieux faisaient pour ainsi dire partie des communautés humaines : intégrer une de ces communautés revenait donc à adopter ses dieux. Parmi celles-ci, les communautés politiques avaient toutes « leurs » dieux et « leur » religion. Tout acte « politique » (c’est-à-dire en rapport avec la polis, ou civitas) était donc aussi « religieux », et inversement, car il s’agissait des deux faces d’une même médaille. Pour comprendre les évolutions qui ont affecté la vie religieuse publique des multiples communautés humaines progressivement soumises à l’autorité souveraine de Rome, puis intégrées dans l’Empire à l’apogée de sa dynamique de puissance (IIIe s. av. J.-C. – IIIe s. ap. J.-C.), il faut commencer par appréhender les structures religieuses sur lesquelles s’appuyait le pouvoir romain dans ses formes successives. Pouvoir et religion publique étaient tellement liés dans l’Antiquité qu’il n’était pas possible que le passage d’une cité-État italienne en un empire allant de l’Écosse à l’Euphrate et au Sahara ne générât pas des mutations considérables au sein de la religion romaine.
De même, le changement d’échelle spatiale a entraîné une confrontation de Rome avec des cultes de plus en plus étrangers qui a eu des conséquences assez variées pour la religion romaine publique et les religions privées, comme pour ces autres cultes. Enfin, au fil des siècles, les religions des populations d’abord soumises au pouvoir de Rome, puis progressivement de plus en plus intégrées au
sein de la communauté impériale, ont elles-mêmes connu des transformations importantes. Toutefois, la distinction entre les Romains « de Rome », et par extension d’Italie, et les autres Romains résidant au sein des communautés provinciales, a toujours persisté et s’est manifestée dans la vie religieuse de ces Romains des provinces.
Table des matières
Structures religieuses et débats historiographiques. Le culte public traditionnel  : religion et piété à Rome. Les prêtres et l’autorité religieuse. Les auspices et la nature religieuse du pouvoir des magistrats du peuple. Épidémies, pouvoir et religion à Rome.
Les mutations de la religion romaine. «  Crise  » et innovations religieuses pendant la deuxième guerre punique. Impérialisme triomphant et mutations religieuses républicaines. Naissance et développement du «  culte impérial  ». Le prince au centre de la religion publique de Rome. Étude d’un processus.
Les religions extra civiques et le pouvoir romain. Rome et les cultes étrangers. La religion des Juifs à l’épreuve de Rome. Le premier christianisme et Rome.
Rome et son empire  : les religions romaines hors de Rome. Rome et les cultes latins. Le culte public dans les colonies et les municipes  : l’exportation du «  modèle  » romain  ? La vie religieuse à Lepcis Magna (Afrique proconsulaire). Une diffusion différentielle du «  culte impérial  » dans les province
Caractéristiques
EAN : 
9782200629861
Format :
172 x 240 mm
Pages : 
400
Prix du livre papier: 
26.00 €
Prix du livre numérique: 
17.99 €

Meme Theme - Meme Auteur